REPUBLIQUE DE SKOTINOS
ACCUEIL    HISTOIRE    GEOGRAPHIE    POLITIQUE    ECONOMIE    DIPLOMATIE    AGORA





LES ORIGINES


La civilisation du Parrtos serait née dans les montagnes du nord de la Cordillère des Andilles autour du volcan Trakorum. Elle aurait ensuite essaimé sur l'île donnant naissance à trois peuples : au nord les Lauras, à l'est les Meniriens et au sud les Skotinecs.



L'ANTIQUITE


Alors que le nord de l'île est encore aux mains de peuplades barbares, la culture skotineque se répand dans le sud avec la création de dizaines de Cités-Etats. La plus puissante d'entre elles est Diphtikos qui affirme en -255 sa prédominance en remportant une guerre l'opposant à 12 citées rassemblées dans la Ligue de Hilos. Sortie victorieuse de la bataille de "La Chapelle-Kinyos" la charismatique reine Conforama de Diphtikos prends alors le titre de "Reine et Déesse de Skotinos" et règne sans partage sur un territoire
s'étendant sur les actuelles éparchies de Maxaira, Facilitae, Diphtikos, Alatti et Mathapédia ainsi que sur une partie du Panaconda.


Conforama, Reine et Déesse

La reine Conforama et ses descendants financent la fondation de nombreuses colonies dans les diverses îles de l'archipel fanzien, voire peut-être jusqu'à la Mer Océane et l'archipel Yssois mais ce dernier point reste encore controversé. Au cours des cinq siècles suivants la dynastie issue de la reine Conforama parvient à se maintenir au pouvoir mais son pouvoir se retrouve affaibli par des querelles internes et lorsque le roi Borbitos, meurt sans héritier en 174, son royaume tombe sous le joug de princes barbares venus du nord.



LES ROYAUMES BARBARES

Une demi douzaine de royaumes barbares se forment sur les ruines du royaume skotinec mais après plusieurs siècles de guerres incessantes, il n'en reste plus que trois
sur notre territoire actuel : Le Royaume de Pliz (Parrtos et Val Bazzen) , le Royaume de Stamit (à l'ouest et au sud de la Cordillère, Meniro, Panaconda, Mathapédia et Diphtikos) et le Royaume d'Arnordnung (à l'ouest : Syrdovie, Alatti et Facilitae). Les combats se poursuivent entre les trois royaumes survivants causant morts et destructions. C'est un âge sombre pour le peuple soumis à la misère, la faim et les privations. Les paysans et les pêcheurs qui composent la majorité de la population doivent reverser de nombreuses taxes à leurs maîtres barbares.



L'INVASION FANZIENNE (1317-1393)

Provenant de Nokiopolis, sur l'île voisine de Tesakodi, les guerriers fanziens débarquent sur les côtes skotineques en 1317 et s'emparent assez facilement du Royaume d'Arnordnung puis, au cours des decennies suivantes des royaumes de Karstanz (Fantispa/San Pedro) et Palatonac (Laurasie). Le 7 juin 1392, l'Empereur Naqsüt de Fanz masse une immense armée à la frontière Stamite. Le roi stamite tente de se retrancher dans la forteresse de Karastatima mais il est battu et se suicide. Les forces stamites sont détruites tout comme la ville de Karastatima (située dans le Mathapedia). Craignant pour son trône le Roi de Pliz
décide de donner sa fille en mariage à l'Empereur de Fanz. Un an après le mariage arrangé , une grande fête est organisée par Naqsüt, le Roi de Pliz meurt dans sa chambre , probablement empoisonné  et l'Empereur hérite du Royaume de Pliz, achevant ainsi la conquête de l'île.



L'EMPIRE DE FANZ (1393-1874)

Les Fanziens divisent l'île en cinq provinces érigées en principautés qui reprenent le contour des royaumes soumis. Au nord-ouest, la vaste principauté de Karstanz recouvre le Fantispa et la plaine de San Pedro. Au nord-est, la principauté de Palatonac recouvre l'actuelle Laurasie. La province de Loclocal s'étend sur l'ancien royaume de Pliz, un territoire un peu plus vaste que l'actuelle éparchie de Parrtos.
La principauté de Pliunitiu (aussi appellée des Lacs Primordiaux) s'étend sur l'ancien royaume d'Arnordnung et recouvre les actuelles éparchies de Syrdovie, du Val Bazzen, d'Alatti et de Facilitae. Enfin au sud et à l'est des montagnes la Principauté de Coltal sur les terres de l'ancien royaume stamite regroupe, le Meniro, le Panaconda, le Mathapedia et le Diphtikos. Le Skotinos divisé entre trois provinces est alors l'une des régions les plus pauvres du micromonde. L'Empereur et les princes fanziens accaparent toutes les richesses et dilapident l'argent dans la construction de vastes palais qui tombent en ruines quelques années après leurs constructions .


La carte des provinces de l'Empire de Fanz.



LE ROYAUME DE SKOTINOS (1874-1923)


Le 12 février 1872, les pêcheurs du port d'Alatti se révoltent devant les nouvelles taxes imposées par l'Empereur fanzien Quistop. Toute la ville les rejoint, et les gardes sont massacrés, le gouverneur de la province s'enfuit. L'état d'urgence est déclaré par l'Empereur, qui quémande sans succès de l'aide aux cours étrangères. La ville d’Alatti n’est plus qu’un champ de bataille et en quelques mois, la révolte s'étend aux éparchies de Facilitae et de Diphtikos qui se soulèvent à leur tour.

 

 

Le 28 juin, après une tentative manquée de mettre fin à la résistance Alattienne, l’armée fanzienne est en déroute. Un leader, émerge des forces rebelles : Nikos Kanenas. Il mene les insurgés à la victoire et coup sur coup les cantons d’Alatti, de Facilitae, de Diphticos et de Maxaira sont libérés. Le 03 avril 1874, à Facilitae, Nikos Kanenas est proclamé « Roi des Skotinecs » et Facilitae, capitale du Royaume de Skotinos qui s'étend sur les éparchies libérées (Alatti, Facilitae, Diphtikos et Maxaira).



Malgré toute sa bonne volonté, le Roi Niko Kanenas n’arrive cependant pas à sortir Skotinos de la pauvreté, l'essentiel des revenus de l'Etat étant consacré à l'effort de défense pour préserver l'indépendance chèrement acquise. L'armée voit son influence s'accroître.


LA DICTATURE (1923-1973)


A la mort de Kanenas, en 1923, le Général en Chef des Forces Armées : Abros Nagismi prend le pouvoir. Il ferme les frontières du pays et impose une dictature militaire. De nombreuses libertés individuelles sont supprimées et la presse est rigoureusement contrôlée. Abros Nagismi impose au peuple Skotinec un intense propagande qui le présente comme la réincarnation masculine de la Reine Conforama.


Le Général Abros Nagismi

Nagismi décide de libérer le Mathapedia encore sous occupation fanzienne. Au terme d’une campagne éclair, les troupes de l’Empire, en sous nombre et sous équipées, sont balayés. Le Mathapedia est annexé par le Skotinos. Malgré cette campagne victorieuse, Skotinos reste un pays agraire qui n’arrive pas à s’extraire de sa misère. En 1967, Abros Nagismi est retrouvé mort dans son lit, visiblement étouffé. Son fidèle second : Giorgios Patépourchat, à qui on attribue la mort de Nagismi, prend le pouvoir. Après avoir accordé quelques libertés supplémentaires aux Skotinecs, Patépourchat se lance dans une guerre  pour le contrôle des îles de l'archipel de Gallice dont une partie de la population est d'origine skotineque, ce qui fournit à Patépourchat une bonne excuse pour trenter de les liberer. La guerre se clos par une demi victoire que Patépourchat fait passer pour une victoire totale mais en réalité, au terme de ce conflit meurtrier où de nombreux Skotinecs perdent la vie, seule l’île d'Aghia Katarina (Sainte Katerina) passe sous contrôle Skotinec. L'Empire de Fanz profite alors de l'affaiblissement de l'armée skotineque pour se lancer a la reconquête du Skotinos et occupe le pays en 1973, la population lasse des années de dictature n'opposant guère de résistance à l'envahisseur. Giorgios Patépourchat prends la fuite et s'exile à l'étranger.


Giorgios Patépourchat


LA RESTAURATION FANZIENNE (1973-2000)


Le retour de l'occupation fanzienne ramène la paix mais pas la prospérité. Le Skotinos reste un pays pauvre écrasé par de lourds impôts. Les éparchies de Facilitae, Diphtikos, Maxaira et Mathapedia sont rattachées à la province fanzienne de Coltal qui a pour capitale Celesta, tandit que celles d'Alatti, de Syrdovie, et de Val Byzzen sont rattachées à la province des Lacs Primordiaux qui a pour capitale Pliunitiu (nom que les fanziens donnent à la ville de Byrraze). En juin 2000 l'explosion de le centrale nucléaire de la capitale fanzienne Nokiopolis conduit à l'effondrement de la monarchie fanzienne, laissant les provinces de l'empire livrées à elles-mêmes dans une situation de chaos qui voit de nombreux habitants s'exiler vers le nord et l'est de l'archipel fanzien afin de fuir les retombées radioactives. La Semi-Républik du Krassland tente de tirer profit de la situation en annexant brièvement l'archipel fanzien en septembre 2000 mais devant l'hostilité de la communauté micromondiale finit par renoncer à ce projet.


LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE (2000-2004)


Au Skotinos, Giorgios Patépourchat, rentré d'exil tente de restaurer son pouvoir mais il est assassiné. Une administration provisoire voit le jour sous la direction de Sakis Adherfos et elle s'attèle à la redaction d'une nouvelle constitution républicaine et démocratique qui sera adoptée en 2004.



LA PREMIERE REPUBLIQUE (2004-2006)


L'administration provisoire organise des élections présidentielles et le 5 juillet 2004, Sakis Adherfos est élu président de la République. Il s'attelle à faire reconnaitre la nouvelle République de Skotinos sur la scène micromondiale et le 1er août le Skotinos est admis à l'ONV. Le pays connait alors une période de paix et mise sur le développement du tourisme pour moderniser une économie encore essentiellement agricole. Mais en 2006 un coup d'Etat renverse le gouvernement démocratique et les putschistes tentent d'instaurer un régime monarchique, et proclament l'Empire de Skotinos. Ils ne parviennent toutefois pas à asseoir leur pouvoir et doivent faire face à une rébellion qui veut restaurer la démocratie. Le pays sombre rapidement dans le chaos et la guerre civile entre républicains et monarchistes. La pays se retrouve divisé en deux entre une République de Skotinos qui s'étend sur les trois éparchies du sud (Facilitae, Diphtikos et Mathapedia) et un Empire de Skotinos qui contrôle la Syrdovie, le Val Byssen, Alatti et le Maxaira.



L'OCCUPATION AVARO
ISE (2006-2009)


Alors que les républicains sont en train de reprendre l'avantage, les monarchistes font appel au Comté d'Avaricum qui intervient dans le conflit en janvier 2006 en envoyant un corps expéditionnaire. Dans un premier temps les Avarois prétendent intervenir pour rétablir la paix au Skotinos, mais après avoir subi des lourdes pertes ils font venir des renforts d'Avaricum et de l'archipel de Gallice et finissent par annexer le Skotinos, transformé en principauté dirigée par un Calife et rattaché à ce qui devient peu après l'Empire d'Avaricum. L'occupation avaroise dure trois ans et prends fin en 2009 lorsque le calife de Skotinos, pour des motifs religieux et politiques romp avec Avaricum, provoque un schisme religieux et fait sécession.


LE MORCELLEMENT DU SKOTINOS (2009-2012)


L'Empire d'Avaricum, en prise avec une crise interne n'est plus en mesure de soutenir l'occupation du Skotinos qui plus est après la sécession du calife. Ils retirent donc leur troupes. Privé de l'appuis des Avarois, le califat se retrouve affaibli et il ne peut empècher la sécession de la Syrdovie qui proclame son indépendance, ni l'occupation de la partie orientale du Mathapedia par la République du Panaconda. Le califat subsiste mais son autorité ne recouvre plus guère que l'éparchie d'Alatti, ainsi qu'une partie des éparchies de Val Byssen et de Maxaira. Il prends le nom de Califat du Kindistan. Plus au sud une nouvelle République du sud Skotinos voit le jour autour des éparchies de Facilitae et de Diphticos et l'ouest du Mathapedia.



LA DEUXIEME REPUBLIQUE (2012-2013)


Le royaume de Meniro tente de profiter de la division du Skotinos pour annexer le pays. Le roi Constant Ier du Meniro occupe d'abord le Parrtos, un territoire montagneux et peu habité mais considéré comme le berceau historique du peuple Skotinec, puis il entreprends de s'emparer du Val Byssen. Mais le roi est renversé par un coup d'Etat militaire et les officiers républicains qui prennent le pouvoir, sous la conduite du général Mikis Thodos, décident alors de promouvoir l'intégration du Meniro dans un Grand Skotinos. Cela aboutit à la naissance de la Glorieuse République du Skotinos réunissant le Meniro, la Syrdovie, l'ex-Kindistan et le sud Skotinos. La nouvelle république peine cependant à s'affirmer tant sur le plan interne que sur la scène internationale. Le Skotinos semble glisser une nouvelle fois inexorablement vers une période d'anarchie et de chaos



L'INVASION LAURASIENNE (2013)


Comme a chaque fois que le Skotinos se trouve affaibli, une puissance étrangère tente d'en profiter pour annexer le pays et cette fois c'est au tour du voisin du nord, l'Empire de Laurasie. En juin 2013, la flotte laurasienne attaque Romeni et envahit une partie du Meniro. Face a cette invasion étrangère, les Skotinecs parviennent a surmonter leurs divisions et forment un Front de Resistance du Skotinos (FRESKO) chargé de lutter contre l'envahisseur laurasien. Sous la conduite du commandant Demetrios Stratonikos, le FRESKO parvient à bloquer la progression des troupes laurasiennes en tenant les cols et la résistance héroïque des Skotinecs suscite une grande vague de sympathie a travers le micromonde. Plusieurs pays envoient des armes à la résistance au cours du mois de juillet et une vaste coalition internationale se met en place pour défendre le Skotinos. En août les forces de la coalition internationale débarquent au Meniro et chassent les Laurasiens du Skotinos. La déroute est complète pour la Laurasie dont la capitale est assiégée par la coalition et qui finit par capituler. 



Les commandants du FRESKO


LA TROISIEME REPUBLIQUE (2013-2014)


En septembre 2013, les premières élections présidentielles de l'après guerre  voient la victoire du jallaniste Paul Rondard, un mercenaire d'origine francovare qui était venu se battre aux côtés de la résistance skotinecque. Il ne parvient toutefois pas à rassembler un pays miné par les luttes entre factions et ses penchants autoritaires le rendent rapidement impopulaire. Les élections éparchiques se tiennent dans un climat tendu. Face a des soupçons de fraude en faveur des jallanistes une grande manifestation est conviée à Alatti-la-Vieille le 17 octobre pour reclamer un recomptage des voix. Les jallanistes tirent sur la foule tuant près de 200 manifestants. Cinq jours plus tard, le 22 octobre 2013, un avion rempli d'explosifs s'écrase sur le palais présidentiel, blessant grièvement le président Rondard qui meurt quelques semaines plus tard des suites de ses blessures. Les Jallanistes sont finalement renversés par une révolution le 27 novembre. En janvier 2014, la monarchiste Eudoxia Bakdashi, épouse du prétendant au trône Témoutchine d'Atékarone, est élue a la présidence. Elle parvient a ramener le calme dans le pays mais se désinteresse rapidement des affaires de l'Etat qui sombre dans une nouvelle période de léthargie.
 



     Demetrios Stratonikos



LA QUATRIEME REPUBLIQUE (2014-2015)


Pour éviter que le Skotinos ne sobre une nouvelle fois dans le chaos, Demetrios Stratonikos, le héros de la guerre contre la Laurasie, sort de sa retraite politique et assume la présidence en tant que dirigeant du Conseil National. Il parvient à relancer l'économie qui connait une phase de croissance et une ouverture vers l'extérieur grâce à l'adoption d'Ecomicro. Le Skotinos participe à la conférence de Talamanca et fait partie des membres fondateurs de l'Organisation des nations de l'Archipel. C'est d'ailleurs un skotinec, Zacharie Irguenzias qui est élu premier secrétaire général de l'ONA. Mais l'embellie est de courte durée. Héliodora Ioannis élue à la présidence en février 2015, n'a pas le charisme du vieux Stratonikos qui meurt peu après et le pays sombre à nouveau dans une phase de déclin. La détérioration des conditions de vie suscite en août un mouvement de contestation populaire qui débute dans le Mathapédia et le Maxaira. Le mandat de la présidente Ioannis étant arrivé à son terme sans qu'un nouveau président ne soit élu, le pouvoir passe selon la Constitution au Conseil National mais ce dernier s'avère incapable de ramener la stabilité et il jette l'éponge le 8 septembre en annonçant son auto-dissolution.



LE CONSEIL PROVISOIRE DE TRANSITION (2016)


Cherchant à éviter un éclatement du pays, un groupe d'anciens combattants du FRESKO s'empare du Palais Présidentiel et proclame l'instauration d'un Conseil Provisoire de Transition qui s'arroge les pleins pouvoirs et suspend temporairement la Constitution. Brasidas Spyros, le nouvel homme fort qui s'impose à la présidence du Conseil Provisoire de Transition parvient a restaurer un gouvernement national et met l'accent sur l'assainissement de l'économie. Une reprise économique s'annonce et on assiste même a une forte croissance dans le secteur de la construction. Les chantiers navals reprennent le travail et une compagnie aérienne nationale voit le jour. Le Skotinos reprends sa place sur la scène internationale et adhère à la Ligue des Etats Modernes le 14 mai 2016, obtenant même d'héberger à Facilitae le siège de l'ACLEM, l'agence culturelle de la LEM. En juillet 2017, alors que le Skotinos assure la présidence tournante de la LEM, le Conseil Provisoire de Transition annonce la convocation des citoyens aux urnes pour l'élection d'une assemblée constituante chargée d'élaborer une nouvelle constitution.













La République de Skotinos est un Etat virtuel du Micromonde